Le sujet de la confiance en soi est traité en long en large en et travers du point de vue du développement personnel. Et c’est normal me direz-vous. Et pourtant, j’ai découvert que de travailler sur soi, sur son état d’esprit, sa prestance, de méditer etc… n’étaient pas les seuls moyens pour développer votre confiance en vous et surtout pas les plus rapides.

Dans cet article je vais vous raconter l’histoire de comment j’ai pris confiance en moi grâce à mon alimentation, et comment vous pouvez faire pareil !

D’où je suis partie ?

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours manqué de confiance en moi. M’insérer dans un groupe pour discuter, passer un coup de téléphone ou ne serait-ce que demander un renseignement dans un magasin étaient pour moi des épreuves. Le summum était de demander un service. Mon rythme cardiaque augmentait, mes paumes étaient moites, parfois même je tremblais ! Dans une bonne partie des cas, je renonçais à mon entreprise faute de courage et lorsque j’arrivais à me jeter dans le bain, je bégayais et mon malaise augmentait.

Pour moi, c’était un véritable handicap. Alors je me suis mise à chercher des solutions et je me suis tournée vers le développement personnel. J’ai lu de nombreux livres, parcourus de multiples sites web proposant des méthodes pour améliorer la confiance en soi. J’ai mis en pratique un certain nombre de conseils :

  • Respirer profondément lorsque le stress et l’anxiété m’envahissait
  • Répéter avec conviction « J’ai confiance en moi »
  • Me « botter les fesses » en me mettant dans les situations inconfortables le plus souvent possible
  • Perdre la très mauvaise habitude de me dévaloriser constamment

Et bien d’autres !

J’ai obtenu des résultats, certes, mais le processus était très lent. Au bout de cinq ans, je pouvais passer un coup de téléphone sereinement, mais ce n’était toujours pas ma tasse de thé. Demander un renseignement était possible même si je m’excusais dix fois du dérangement et pour ce qui est de m’intégrer dans un groupe de personnes (connues) pour participer à la discussion cela restait encore compliqué et éprouvant pour moi.

En trois jours l’alimentation vivante m’a fait prendre plus confiance en moi qu’en trois ans

Et je peux vous dire que je ne me suis pourtant pas ménagée. J’avais notamment décroché un poste dans lequel une de mes missions principales était de superviser une équipe de production d’une dizaine de personnes. Je devais donc échanger tous les jours avec les responsables d’atelier, leur donner des directives et leur demander des informations.

La découverte de l’alimentation vivante

C’est à cette époque-là que j’ai découvert l’alimentation vivante. Et parce que j’ai été interpelée par une vidéo qui expliquait pourquoi, du point de vue physiologique, ce mode alimentaire était bénéfique pour la santé. La personne réalisant cette vidéo conseillait aux spectateurs de ne pas la croire sur parole mais de faire un essai durant trois semaines et d’observer les résultats. Et c’est ce que j’ai fait (ou presque).

L’alimentation vivante consiste à manger uniquement des fruits, légumes, noix, graines et graines germées crus. Pendant trois semaines j’ai donc mangé principalement des fruits au petit déjeuner, au goûter et même au diner parfois, des légumes crus, quelques légumes cuits. A part quelques écarts le weekend, j’ai respecté les termes de l’expérience. J’étais curieuse mais sceptique.

Et quelle n’a pas été ma surprise lorsqu’au bout de trois jours seulement, je sautais du lit, pleine d’énergie, dès la première sonnerie du réveil au lieu de devoir me traîner difficilement hors de la couette. Mon moral s’est stabilisé, j’étais beaucoup plus positive naturellement ET la confiance en moi a considérablement augmentée.

La sérotonine, hormone clé de l’humeur, est produite à 95% dans nos intestins

Du jour au lendemain, j’ai pu donner mes directives aux chefs d’équipe avec assurance, participer aux discussions entre collègues naturellement et surtout ressentir cette nouvelle confiance tout au long de la journée et non plus seulement durant des moments fugaces.

Je n’en revenais pas. J’ai donc continué l’expérience. Au bout des trois semaines, les améliorations des premiers jours perduraient et je n’avais pas du tout envie qu’elles disparaissent. Depuis, je mange principalement des fruits et légumes crus en grandes quantités.

Pour vous donner une idée je dirais qu’actuellement les fruits et légumes crus, noix et graines représentent au minimum les deux tiers de mon alimentation quotidienne. Le reste étant composé en majorité de légumes cuits, de temps en temps des tartes, gâteaux ou autres préparations (végétaliennes pour moi) et des repas pris à l’extérieur. Tout cela varie selon les saisons et mes envies et mes activités, cependant j’ai constaté qu’en diminuant fortement, pendant quelques jours seulement, ma consommation de fruits et légumes crus certains désagréments oubliés, comme l’anxiété, revenaient à la charge.

Ceci est mon équilibre et ne sera sûrement pas le vôtre, je vous le donne à titre d’exemple.

Comment vous pouvez augmenter la confiance que vous avez en vous par l’alimentation?

 Les processus et le métabolisme du corps humain sont complexes. De nombreux composants, dont les vitamines, minéraux, les acides gras essentiels sont nécessaires pour un bon fonctionnement physique et psychique. Les diverses études scientifiques permettent petit à petit d’avoir un aperçu de ces mécanismes, mais il reste aussi beaucoup à découvrir.

Par exemple, pour transformer l’acide alpha linoléique (oméga 3) en DHA, un autre acide gras présent dans nos cellules cérébrales, ou en prostaglandines, les vitamines B3, B6, C, du magnésium et du zinc sont nécessaires. Les symptômes d’une carence en DHA peuvent donc être liés à une carence alimentaire en oméga 3 ou en l’un des éléments nécessaires à la conversion.

Ce que l’on mange a un impact fort sur notre état psychique

Vous aussi vous pouvez obtenir ces résultats. Pour cela, il vous suffit d’introduire de grandes quantités de fruits et de légumes crus, des noix et graines dans vos menus et dans vos grignotages.

Un fruit ou des noix au goûter, un smoothie (fruits et eau) au petit déjeuner, une crudité en entrée, une grande salade repas avec pleins de légumes crus, tous les moyens sont bons. Attention, selon la proportion, les résultats que vous obtiendrez seront plus ou moins marqués. J’ai obtenus les résultats impressionnants dont je vous ai parlé car j’ai réalisé un changement radical.

Cependant, avec le recul, et malgré tous les bénéfices que cela m’a apportés, je vous conseille d’opérer plus progressivement. Vous pouvez, par exemple, commencer par remplacer vos goûters et collations par des fruits frais, secs ou oléagineux, introduire les fruits au petit déjeuner et ajouter des crudités dans vos menus. Cela permettra à votre organisme de s’adapter au fur et à mesure.

Il est important d’écouter votre ressenti, de faire des essais pour voir ce qui a le plus d’effets positifs sur vous. Pour moi ce sont les fruits les plus importants mais il se peut que pour vous se soit autre chose. Certains aliments peuvent avoir des effets négatifs important sur votre psychisme, il est important d’en tenir compte aussi et d’essayer de les repérer lors de vos essais. Pensez toujours à ce qui vous pousse à faire ces essais, ces modifications dans votre alimentation. Cette démarche doit rester positive !

2 bases de recettes ultra simples pour mettre des fruits frais dans votre quotidien

Le smoothie banane

2 (pour le goûter) à 4 (pour le petit déjeuner) bananes

1 à 2 belles poignées d’un autre fruit frais ou congelé (fraise, framboise, figues, abricots…) ou une poignée de salade verte (essayez, vous serez surpris du résultat)

Mettre le tout dans votre mixer (blender) et ajouter de l’eau (ou du lait végétal) jusqu’à mi-hauteur (maximum) et mixer jusqu’à obtenir une texture homogène.

Attention, se déguste lentement!Si vous le consommer trop vite, il risque de vous restez sur l’estomac. Je vous conseille aussi de bien insaliver chaque gorgée afin de permettre une digestion optimale.

La salade de fruits

Pour la base : prendre deux fruits de saison et peu onéreux (pomme, banane, pêche, orange, clémentines…)

Pour varier : choisissez un ou deux autres fruits frais de saisons (exemples : kiwi, fraise, poire, figues, prunes…) ou une poignée de fruits séchés (cramberries, raisins secs, dattes, figues…)

En option : ajouter de temps en temps de la vanille en poudre, de la cannelle, cardamone… ou alors quelques graines de tournesol, des graines de chia, des amandes, noix ou noisettes…

Mettre deux tiers des fruits « de base » et un tiers des fruits « pour varier », les découper en morceaux et mélanger.

Ces deux bases de recettes, ultra simples, sont déclinables à l’infini selon vos envies, la saison, le contenu de votre réfrigérateur et celui de vos placards. Intégrez-les comme menus de base dans votre quotidien, de la même manière que vous consommez peut être du pain tous les jours sans vous lasser 😉